[Communiqué] NON à l’homophobie. OUI à la PMA pour tou·te·s

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

NON à l’homophobie. OUI à la PMA pour tou·te·s

 

La semaine dernière a été marquée par des faits qui sont inacceptables.

Tout d’abord, Alliance Vita a installé mardi 12 juin un stand sur la place du Ralliement à Angers. L’organisation, tête de proue du combat contre le mariage pour tous il y a 5 ans, avait choisi de se rendre visible ce jour-là pour redire son attachement au critère d’infertilité de l’accès à la PMA.

Ensuite, les locaux de Quazar, le centre LGBT d’Angers, a été recouvert de propos homophobes dans la nuit du 13 au 14 juin. A cette occasion, nous apportons notre soutien à Quazar face à cet acte inadmissible.

Plus discrètement, c’est la Manif pour Tous 49 qui distribuait des tracts samedi dernier, toujours à Angers, sur les soi-disant dangers de la PMA pour tou.te.s.

Le Parti socialiste, fidèle à sa tradition et à son histoire, se tient aux côtés de toutes celles et de tous ceux qui luttent contre les discriminations et la haine des LGBT, qui défendent les familles homoparentales et demandent l’ouverture de droits nouveaux comme l’accès de toutes les femmes à la PMA.

Nous rappelons que Quazar organise un rassemblement pour dire NON à l’homophobie et OUI à la PMA pour tou·te·s le samedi 23 juin à 15h, Place Lorraine à Angers. Nous invitons les citoyens à s’y associer.

 

Meriem BABA, Daniel GAUTREAU et Antony TAILLEFAIT

Première et Premiers Secrétaires fédéraux

[Communiqué] Le Parti Socialiste et le MJS de Maine-et-Loire condamnent les menaces de l’extrême droite à la fac

Le Parti Socialiste et le MJS de Maine-et-Loire condamnent les menaces de l’extrême droite à la fac

 

 Le mardi 3 avril, s’est tenue une Assemblée Générale à la faculté de Droit de l’université d’Angers : les étudiants mobilisés s’organisaient contre la loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE) et manifestaient leur solidarité avec ceux de Montpellier victimes de violences de la part de l’extrême droite.
 D’autres étudiants, membres du Rassemblement des Etudiants de Droite (RED), groupe d’extrême droite, sont intervenus pendant cette réunion et ont menacé verbalement les participants, ce qui a obligé les organisateurs à clôturer rapidement l’AG afin d’éviter des violences physiques.
 Ces menaces ne sont pas nouvelles et touchent aussi d’autres universités (Lille, Strasbourg, …).
 Nous, Parti Socialiste et Mouvement des Jeunes Socialistes de Maine-et-Loire, apportons aujourd’hui notre soutien aux étudiants angevins victimes de ces menaces.
 Face à ces agissements indéfendables, nous appelons à dénoncer, partout où elles se produisent, les menaces et les violences de l’extrême droite.

 En ce sens, nous demandons au président de l’Université d’Angers, Christian Roblédo, et à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche de prendre leurs responsabilités et de condamner publiquement ces agissements.

Meriem BABA, Daniel GAUTREAU et Antony TAILLEFAIT

 Première et Premiers Secrétaires fédéraux

 Adrien LE ROUX
 Animateur fédéral du MJS 49

[Communiqué] Soutien au mouvement social dans les EHPAD

 Le mouvement de grève initié dans les EHPAD par les organisations syndicales ce mardi 30 janvier illustre le profond malaise ressenti aujourd’hui par les personnels des établissements pour personnes âgées en France.

 La raison en est simple : pendant que le niveau de fragilité des résident.e.s ne cesse de s’élever depuis des années, l’encadrement en personnel, lui, n’a pas évolué en conséquence créant ainsi une forte tension dans nombre d’établissements.

 Le Parti Socialiste de Maine-et-Loire veut d’abord adresser un signe de solidarité et de soutien à l’ensemble des salarié.e.s travaillant dans les EHPAD du département. Lors du précédent quinquennat, la loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement a permis de mobiliser plus de 750 millions d‘euros pour mieux accompagner les personnes âgées à domicile. Il est désormais temps de faire un effort au moins équivalent en direction des établissements.

 Aujourd’hui, le recrutement de 3 aides-soignant.e.s supplémentaires dans chacun des 7 400 EHPAD de France coûterait environ 700 millions d’euros. Une somme qui représente seulement 22% de la suppression de l’ISF. On peut aussi la comparer à l’augmentation de 1,8 milliards d’euros du budget 2018 de la Défense

 Le choix de Messieurs Macron et Philippe est parfaitement conforme aux principes de la droite conservatrice et sécuritaire.

 

 Meriem BABA, Daniel GAUTREAU et Antony TAILLEFAIT

 Première et Premiers Secrétaires fédéraux